• Clara Merdinoglu

[DANS LES COULISSES] La petite veste femme 100% française, responsable et solidaire

Mis à jour : févr. 2




Le concept


La petite veste 100% française et solidaire, c'est le tout premier vêtement de notre marque.


Alors, si déjà nous produisons quelque chose de neuf, c'est-à-dire que nous consommons de l'énergie pour la transformation, du CO2 pour le transport, du carton pour l'emballage, etc., il fallait que ce premier produit soit aussi vertueux que possible.


« Vertueux », pour un vêtement, ça veut dire :


Notre premier produit devait réunir un maximum de ces vertus.

Par se faire, nous nous sommes penchées sur le cycle de vie d'un vêtement :




Pour la fabrication de la petite veste femme 100% française et solidaire, notre cahier des charges était simple :


- avoir un minimum d’impact sur l’environnement

- mettre en avant les savoir-faire locaux au maximum

- travailler avec des entreprises de l’économie sociale et solidaire


Dans les faits, nous avons donc choisi :


- une conception française et solidaire, effectuée dans un atelier d’insertion

- des matières premières de qualité, fabriquées en France et écoresponsables (fibres naturelles et/ou recyclées)



Le choix de nos fabricants


Trouver des fabricants n’a pas été compliqué : contrairement à ce qu’on pense, la France est riche de savoir-faire textile, et les manufactures n'ont pas encore toutes disparues !


Notre choix s’est porté sur les entreprises suivantes :

Pour en savoir plus à propos de nos partenaires tisseurs, leur stratégie de développement et leurs démarches RSE (Responsabilité sociétale des entreprises), retrouvez les interviews de nos différents partenaires en fin d'article.


Vous saurez tout, tout, tout … sur les détails !



En imaginant cette veste, nous nous sommes dit en vrac les choses suivantes :

  • La coupe :

Il faut qu'elle puisse aller à un maximum de femmes, qu'elle soit versatile pour se porter autant sur une jupe, sur une robe, que sur un jeans, la journée au travail, comme le soir pour aller boire un verre.

Pour toutes ces raisons, nous avons opté pour une coupe plutôt courte et droite, qui élance la silhouette.




  • Les tissus :

Nous avons choisi de ne lancer qu’un modèle de veste pour rationaliser les coûts, tout en proposant trois tissus différents qui puissent correspondre aux goûts de chacun et aux situations de la journée :


1. un tissu uni type jean :


Composition :

51% de coton recyclé, 32% de polyester recyclé, 14% de polyester, 3% d’autres fibres recyclées

Poids : 260/265 g/m2


2. un tissu dérivé de l'uni mais avec des rayures pour apporter une touche d'originalité un peu "british"


Composition :

42% de coton recyclé, 35% de polyester recyclé, 19% de polyester, 3% d’autres fibres recyclées, 1% de polyester métallisé (fils Lurex)

Poids : 240/245 g/m2


3. un tissu plus extravagant, très féminin pour aller en soirée (être remarquable et remarquée !)


Composition : 100% coton

Poids : 460 g/m2


Les tissus choisis sont des tissus « mi-saison ». Ils sont parfaitement adaptés pour les belles journées du printemps, celles du début de l’automne ou les soirées d’été. En hiver, ils permettent aux vestes d’être portées sous un manteau ou en intérieur.

  • Les boutons

Les boutons sont fabriqués en polyester, à Patornay dans le Jura. Le processus qui permet de les teindre est certifié Oeko-Tex Standard 100, donc non nocif pour la santé.

  • La qualité

La qualité est un des critères qui nous est le plus cher. Il était important de s'attarder sur chaque détail du vêtement :

- La doublure provient du même fabriquant que les tissus uni et rayé sélectionnés. Elle est lisse, souple mais assez robuste pour résister aux frottements.

- Les boutons proviennent des ateliers Brochot, fabriquant franc-comtois.

- La confection et les finitions n'ont pas non plus été laissées au hasard. Nous avons fait en sorte d'attribuer à notre veste les meilleures finitions possibles, dans la limite d'un prix de façon qui nous semblait raisonnable.


Notre atelier de confection


InserMode est un Atelier Chantier d'Insertion (ACI), située à Marseille. Les personnes qui y travaillent en tant qu'opérateur de confection sont essentiellement des personnes en situation de difficulté sur le marché de l'emploi. Cet atelier leur permet, à travers un suivi socio-professionnel et une formation qualifiante à la clé, de reprendre pied et de retrouver une place dans le monde du travail. Ces contrats à durée déterminée d'insertion (CDDI) ont également comme objectif de redonner confiance en elles aux personnes embauchées et leur permet d'acquérir un savoir-faire reconnu.


Aujourd’hui, l’Atelier InserMode peut accueillir jusqu’à 25 personnes en insertion dans le cadre des contrats en Insertion.




Nos fournisseurs de tissu


Nous avons choisi de travailler avec deux fournisseurs de tissu pour nos vestes, Deveaux et Les Tissages de Charlieu, tous deux localisés dans la région lyonnaise.


Rencontre.


Les Tissages de Charlieu

Fabricant de nos tissus uni, rayé et de notre doublure.



Digne héritière des tisserands installée à Charlieu depuis le XVIe siècle, l’entreprise Les Tissages de Charlieu existe depuis 1967. A Charlieu, près de Roanne, les usines textiles sont aujourd’hui reconnues pour produire les plus beaux taffetas de soie du monde ! Le taffetas, c'est cette étoffe en soie un peu riche et lourde, aux reflets irisés caractéristiques :


Robe de costume datant des années 1845-1850.



Les tissus des Tissages de Charlieu sont tous exclusivement fabriqués dans leur atelier, ce qui leur permet de voir leurs produits labellisés « Origine France Garantie ». Une telle activité contribue à faire perdurer, dans la Région Auvergne-Rhône Alpes, l’emploi et les savoir-faire séculaires du tissage.

L’entreprise produit, aujourd’hui, différents types de textile : mode, ameublement et technique (aéronautique notamment).


L'info en + :


"La filière textile responsable " Alter Tex est un réseau d’entreprises françaises engagées pour un textile écoresponsable, éthique et solidaire.

Ce réseau, présidé par le gérant des Tissages De Charlieu, Eric Boël, regroupe une trentaine d’entreprises. Il leur permet d’être plus compétitives et performantes en innovant pour un textile responsable.


Deveaux

Fabricant de notre tissu carreaux.



La société de tissage Deveaux existe depuis plus de 200 ans, dans la région de Roanne. Au départ, Deveaux était spécialisé dans les tissus pour chemises et chemisiers en Vichy, ce fameux tissu en coton à tout petits carreaux blancs et colorés !



Atelier de tissage jacquard à Roanne, ateliers Chamussy, Grenot, Fouilland et Cie au début du XX e siècle. Photo DR

Récemment, la société s'est étendue en France. Roanne reste le lieu où est fabriquée la maille. Le tissu tissé teint (tissage de fils déjà teints) est fabriqué à Saint-Vincent de Reins, la teinture effectuée à Sevelinges et l’impression réalisée à Villefranche.



M. Deveaux reprend la société Armand Thierry en 1995, crée Toscane en 2007, ouvre son e-commerce en 2011 et rachète Jacqueline Riu en 2013.


L'info en + :


25% des matières premières que Deveaux emploient sont bio ou recyclées. Leurs fils de coton bio (comme le fil noir de notre tissu carreaux) proviennent d'un commerce équitable et d'une production faite en Auvergne Rhône - Alpes.



L' interview des tisseurs


A présent que vous savez tout sur notre veste 100% française et solidaire, prenons un peu de hauteur sur la filière textile française.


Nous avons interrogé Guillaume Lacroix, croiseur de fil (styliste) et commercial chez Les Tissages de Charlieu et de Christine Déporte, commerciale chez Deveaux, sur les problématiques et les enjeux d'une filière partie intégrante de notre patrimoine et que nous rêvons de voir refleurir :


L’industrie du textile française est en déclin depuis les années 70. Seuls quelques irréductibles acteurs de la filière existent encore sur notre territoire. Quelles sont les principaux problèmes que rencontrent les usines textiles, aujourd'hui, en France ?


Guillaume Lacroix (LTC) : En France, le coût de la main d’œuvre est élevé par rapport à l’Asie ou la Turquie, ce qui permet à ces pays de produire moins cher. L’autre problème est que la filière textile française a perdu de son savoir-faire, qu’il faut, à présent, rebâtir.


Comment pourrait-on faire pour relancer et développer cette industrie, selon vous ?


Guillaume Lacroix (LTC) : Il faudrait que les acheteurs finaux ne pensent pas qu’à la rentabilité de leurs achats mais à tout ce que nous pouvons leur apporter (créativité, matières éthiques, réactivité, proximité, qualité, …). Ceci dit, les choses évoluent dans ce sens car le client final commence à changer sa façon de consommer.


Christine Déporte (Deveaux) : Au niveau confection, il n’y a vraiment plus beaucoup d’ateliers. Il faudrait une baisse drastique des charges pour que les coûts de fabrication soient largement réduits.


Quelles sont les évolutions et différences dans les demandes de vos clients par rapport à il y a une dizaine d’années ?


Guillaume Lacroix (LTC) : Nos clients recherchent de plus en plus de matières éthiques, des fabricants de proximité et des échanges de valeurs. Ils se positionnent dans le « consommer moins mais acheter mieux ».


Beaucoup d'entreprises textiles en France ont fermé leurs portes ou ont délocalisé leur production depuis plusieurs dizaines d'années. Quelle stratégie avez-vous adopté pour maintenir votre activité en France ?


Guillaume Lacroix (LTC) : Nous ne nous sommes pas laissé tirer vers le bas à la course au prix et des volumes de produits basiques. De plus, nous avons opté pour la créativité (une équipe de 12 stylistes) et de la réactivité afin d’étoffer notre offre et de mieux satisfaire nos clients.


Christine Déporte (Deveaux) : Notre direction a toujours souhaité garder sa production en France pour être plus réactive. Au départ, cela a été fait dans un souci de rapidité et de service. Nous réussissions à justifier nos prix plus élevés car nous livrions vite les grandes marques proposant des vêtements bon marché. Aujourd’hui, cette mode est moins d’actualité mais on vient nous voir davantage pour promouvoir une production locale.


Est-il encore possible de former des jeunes dans les usines textile et arrivez-vous à en recruter pour remplacer les départs à la retraite ?


Guillaume Lacroix (LTC) : Oui mais il est compliqué de trouver des personnes motivées. Ceci étant, depuis quelques années nous sommes de plus en plus attractifs.


Christine Déporte (Deveaux) : Ça n'est pas évident, nous aurions besoin de redorer notre image.


Nos tissus Matières Premières (uni, rayé et doublure) :

Pouvez-vous décrire le chemin (étapes) qu'ont suivi nos tissus, de leur création à leurs états finaux ?


Guillaume Lacroix (LTC) :

Lors de leur fabrication, les tissus uni et rayé sont passés par les étapes suivantes :

1. Choix d’un tissu dans notre gamme de tissu

2. Développement spécifique pour le tissu rayé : plusieurs essais de rayures avec plusieurs fils et coloris

3. Lancement pièce type (échantillon) une fois la bonne rayure choisie

4. Tissage des différentes qualités (tissu uni, tissu rayé, doublure)

5. Ennoblissement des différents tissus, c'est-à-dire l’application d’apprêts pour rendre le tissu plus doux et plus stable au lavage


Christine Déporte (Deveaux) : Il a tout d’abord été créé dans notre bureau de style, puis les fils ont été teints dans notre usine de Sevelinges, il a été ourdi (alignement des fil disposés dans le sens de la longueur), encollé (colle appliquée sur les fils pour leur conférer une résistance supplémentaire pour ne pas casser lors du tissage) et tissé dans notre tissage de St Vincent, puis de retour dans notre usine de Sevelinges pour désencollage (on enlève la colle appliquée avant l'étape du tissage), application du film doré (tâches dorées présentes sur le tissu) et des apprêts (pour donner un toucher doux et une stabilité au tissu lors du lavage).


Pouvez-vous nous décrire nos tissus : armure, fils utilisés (leur provenance), caractéristique de l'armure au touché et tombé ?


Guillaume Lacroix (LTC) : L’armure (façon dont les fils sont entrecroisés pour former un tissu ) des tissus uni et rayé est ce qu’on appelle une armure sergé. C’est la même armure que les toiles de jeans, facilement repérable grâce à ces côtes diagonales (cf. illustration ci-dessous).


La chaîne (fils disposés dans la longueur du tissu) est faite de fils en polyester issu de bouteilles plastiques recyclées.

La trame (fils disposés dans la largeur du tissu) est un mélange de coton et de polyester recyclé issu de chute de vêtements (Espagne). Le fil chenille jaune du tissu rayé est en polyester (Europe)

Christine Déporte (Deveaux) : C’est un tissu sergé avec des fils espagnols sur une armure décontexturée (croisement de fil irrégulier) pour lui donner de volume et du plombant.

Pour le traitement du tissu, nécessaire pour lui conférer douceur et stabilité au lavage, on a fait un désencollage et appliqué un adoucissant.

Les fils noirs utilisés dans le tissus carreaux sont des fils recyclés de coton.


Pour toute question relative à nos fournisseurs ou à notre veste, n'hésitez pas à nous contacter par ici


Pour découvrir nos vestes, RENDEZ-VOUS SUR l'ESHOP


© 2021 Matières Premières

  • Black Instagram Icon
  • Black Facebook Icon